Peur de réussir ou peur de l’échec sont autant d’obstacles à la réussite et au bonheur, un article qui vous en dit long sur le sujet.

Comment vaincre la peur de l’échec

La peur de l'échec

L’idée d’un échec à venir lorsque l’on se lance dans une entreprise peut générer une peur telle que certains en arrivent tout bonnement à ignorer leurs aspirations ou le moindre de leur désir se privant ainsi d’une existence riche et épanouissante.

La peur de l’échec est sans aucun doute l’un des plus puissants frein à notre accomplissement et lorsque cette crainte de l’échec est ignorée par la conscience la personne qui en souffre vit dans une constante frustration qui lui laisse le sentiment de ne jamais vraiment vivre l’existence qu’elle aurait pu avoir.

Pourtant il est impossible de connaitre la réussite quoi que ce soit sans passer par une série d’échec, notre simple apprentissage du langage s’est réalisé en passant par de nombreux tâtonnements, d’hésitations, de « ratés ». C’est en tombant maintes et maintes fois que nous avons appris à marcher.

L’apprentissage des langues s’est accompli aussi en commençant par la maladresse. La peur de l’échec n’a de fondement que si nous jouons d’imprudence et de témérité, et craindre l’échec ne nous empêche pas pour autant d’échouer mais nous assure par contre d’en avoir encore plus peur à l’avenir.

Un adage zen dit que « l’échec n’existe qu’au regard de nos désirs ».

Ce qui veut dire que, si nous attendons de réussir à tout coup, l’échec est en effet insupportable à vivre. Il est impossible de garantir à 100% une réussite et la seule façon d’augmenter nos chances de l’atteindre est de nous mettre tout entier dans le processus qui y mène, de réunir toutes les causes et conditions de sa réalisation, sans oublier de cultiver l’état d’esprit qui va dans ce sens.

En effet, si nous gardons notre esprit fixé sur notre peur de l’échec il y a de très fortes chances que nous attirions alors ce que nous redoutons le plus par le simple fait que notre attention, au lieu d’être investie sur les moyens de réussir est accaparée par notre crainte.

Inutile sans doute de rappeler ici que « la peur n’empêche pas le danger »

La meilleure façon de se libérer de la peur de l’échec

La meilleure façon de ne pas subir un échec est sans aucun doute de s’y préparer. Paradoxale ! – me direz-vous – lorsque vous dites de ne pas se fixer sur la peur de l’échec.

Il y a une grande différence entre se « préparer à un échec possible » et se laisser accaparer par la peur qui peut en résulter. Ce qui nous fait peur en réalité c’est l’inconnu et la meilleure façon de s’en libérer, c’est de connaitre justement.

Plutôt que de laisser la peur de l’échec vous envahir imaginez-vous plutôt ce que serait un échec s’il se produisait. Vous n’éviterez pas l’échec parce que vous refuser d’envisager sa possibilité, bien au contraire. Si, ce qui risque d’échouer se produit, vous serez bien plus en mesure de le maitriser.

Prenons un exemple ; vous allez un examen, mais vous avez très peur d’échouer, alors posez-vous très honnêtement la question : « qu’est-ce qui risquerait de vous faire échouer ? »

D’être devant une question pour laquelle vous n’avez pas la réponse ? Le trou de mémoire ? etc …

Pour chacune de ses possibilités vous pouvez envisager une réponse qui évitera de vous faire perdre vos possibilités. Par exemple vous pouvez commencer par répondre aux questions les plus faciles pour rebooster votre confiance et revenir ensuite sur les plus difficiles.

à vous de voir ce qui convient de faire en fonction de la situation. La meilleure façon de maitriser un échec possible est d’anticiper la situation.

Et si j’échoue vraiment ???

Il faut envisager cette possibilité pour pouvoir rebondir le cas échéant, ceux qui ne se remettent jamais d’un échec sont toujours ceux qui ont refusé d’envisager cette possibilité.

Mais est-ce que cela ne va pas me démotiver pour réussir ?

Absolument pas !

Un gagnant n’abandonne jamais, mais surtout envisage toutes les possibilités pour mettre le maximum de chances de son côté.

Accepter l’échec pour ne plus en avoir peur

C’était un grand homme baraqué comme une armoire qui entra dans mon cabinet. C’était un sportif de haut niveau. D’une voix grave il commence de go : « Ma carrière professionnelle est un véritable échec, en fait toute ma vie est en dent de scie, que puis-je faire pour changer ça ? ».

Vous désirez en savoir davantage sur
la manière d'acquérir confiance en soi ?

Inscrivez-vous sur notre site

En gardant la même intonation je lui dis : « accepter d’échouer »

Très vite il s’énerva en me disant « si c’était pour entendre ce genre de con… j’aurais mieux fait de rester chez moi »

Je ris aux éclats en lui expliquant : « Vous ne comprenez pas ce que j’essaie de vous dire, vous avez tellement peur de l’échec que toute votre énergie est investie dans le contrôle de cette crainte de l’échec au lieu d’être disponible pour vous concentrer sur les moyens de réussir.

Vous devez accepter la possibilité d’un échec pour ne plus en avoir peur au lieu de passer votre temps à le craindre. Vous n’empêcherez pas l’échec de se produire par cette façon d’être, au contraire vous allez même le favoriser, la preuve. Il vous faut pour cela avoir une confiance en soi solide et stable.

Là il commença à m’écouter pour de bon. Je lui donnai quelques conseils d’usage et lui recommandai de suivre la méthode de développement personnel que j’enseignais. Ce qu’il fit.

Au bout de quelques semaines seulement sa manière de penser et d’agir avaient complètement changée, à tel point que son entraineur lui demanda comment il avait fait pour changer comme ça.

Il lui raconta et par la suite j’ai eu droit à toute l’équipe.

Voir l’échec comme une opportunité

Quoi qu’on en dise l’échec est avant tout une expérience et ce qui compte c’est ce que l’on en retire. Ce que l’on appelle les gagnants voient dans ce genre d’expérience une opportunité ou un défi à relever et non une difficulté.

Un échec n’est finalement rien d’autre qu’une expérience qui ne se déroule pas comme nous l’avions souhaité, cela ne remet en aucun cas en question notre capacité à réussir. Ce que nous appelons échec est indissociable de la réussite, plus nous l’intégrerons dans notre manière de concevoir la réalité, plus ces expériences participeront à notre croissance. Autrement dit, avoir peur de l’échec est vain et inutile.

Voir également l’article sur

livre de Bruno Lallement

Par Bruno Lallement formateur en développement personnel,

Auteur du livre sur la confiance en soi
"je sais que vous pouvez réussir"

RESSOURCES & ACTUALISATION

Le partenaire de votre réalisation personnelle
33 rue du Rosskopf - 67710 Wangenbourg/Engenthal
03 88 33 28 46
[email protected]